Invisible

Appel de soumissions jusqu'au 29 septembre

L’invisible est ce qui n’est pas perceptible par la vue. Il peut être l’incolore, le transparent : la vitre, l’eau, le souffle, le vent. C’est l’inobservable à l’oeil nu, rendu perceptible grâce au dépassement des frontières du visible par la technologie : les planètes, les rayons infrarouges, ultraviolets, les molécules, les microorganismes, tous les éléments infiniment petits qui constituent ce qui nous entoure… Il parait que la plus petite mesure évaluable serait aussi petite qu’est grande, par rapport à la taille humaine, la taille estimée de l’univers. L’invisible existe aussi par l’obscurité, la lumière étant ce que perçoit l’oeil et qui engendre la vision. Dans la noirceur, notre esprit s’active, et une nouvelle vision peut prendre place : la vision intérieure.

L’invisible est alors ce que l'esprit conçoit d’immatériel. De ce lieu naissent des conventions, des langages, des théorèmes, des doctrines. Nous supposons, analysons, affirmons… La vision intérieure guide l’individu dans ses choix, ses buts, ses aspirations. Comme disait le renard au Petit Prince : «On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux». On dit que dans cet endroit imprécis qu’est le coeur réside l’amour, mot auquel certain‑e‑s confèrent leur raison d’être. Mais est‑ce un concept ou une expérience? L’idée de sa propre mort, ce phénomène invisible auquel nous n’avons accès que conceptuellement, pousse, elle aussi, les humain‑e‑s à incarner pleinement le réel.

De l’imperceptible découle le domaine des mystères, du métaphysique, du spirituel. Fondement des religions, l’intangible déplace des foules, érige des monuments, régit la collectivité. Les dieux, les anges, les fantômes, les fées, les démons peuplent ces mondes invisibles qui habitent notre imagination, notre foi, et peut‑être notre univers.

L’invisible est aussi ce qui se cache, ce que l’on dissimule, que l’on n’ose pas concevoir : les tabous, les secrets, ce qui se fait derrière des portes closes. À l’intérieur de nos cachettes, nos secrets continuent d’exister et peuvent, à tout moment, revenir nous hanter. Est‑il possible d’effacer réellement? Nous pouvons ignorer ce qui ne nous convient pas, fragiles, comme nos paupières qui pourtant protègent des horreurs du monde. Mais cette tendance à fermer les yeux dissimule des réalités sociales et des personnes qui, bien que tout à fait tangibles, se retrouvent invisibilisé‑e‑s par l’indifférence.

Sortez de l’ombre, mettez en lumière votre talent et envoyez‑nous vos textes!

Comment soumettre

Envoyez-nous vos travaux (ou vos questions) à l’adresse soumissions.lorgane@gmail.com. Il n’y a pas à proprement parler de longueur minimale ou maximale. Un texte de plus de 1500 mots a cependant moins de chance d’être sélectionné. Vous pouvez soumettre plus d’un texte.

Veuillez nous envoyer vos textes en format .doc : titredutexte.doc

Indiquez dans votre courriel votre nom, votre programme d’études, et toute autre information pertinente.